Covid-19 & Vie étu­diante : Création de 200 jobs étu­diants au sein de la Ville de Saint-Étienne 

La crise sani­taire liée au Covid-19 impacte consi­dé­ra­ble­ment la vie des étu­diants. Pour lut­ter contre cette pré­ca­ri­té, la Ville de Saint-Étienne et Saint-Étienne Métropole ont pro­po­sé un plan d’actions en faveur des étu­diants des­ti­né à les accom­pa­gner et leur appor­ter des solu­tions concrètes. Nos expli­ca­tions. 

Les étu­diants sont par­ti­cu­liè­re­ment tou­chés par les consé­quences de la pan­dé­mie du Covid-19 qui plombe depuis un an main­te­nant l’économie fran­çaise. Restaurants, bars, espaces de culture, salles de sports, tous ces lieux accueillant et employant sou­vent des étu­diants ont du fer­mer entraî­nant avec eux une aug­men­ta­tion de la pré­ca­ri­té étu­diante. 

Car depuis mars 2020, les offres d’emplois étu­diants se sont réduites dras­ti­que­ment, et, par effet domi­no, le porte-mon­naie des étu­diants a sui­vi. « Angoissant » et « décou­ra­geant » s’est déso­lée une étu­diante en sciences de l’éducation de l’Université Jean-Monnet pour résu­mer la situa­tion actuelle. Car on le sait, les fins de mois dif­fi­ciles c’est sou­vent chose cou­rante pour les étu­diants, mais ça l’est d’autant plus quand les ren­trées d’argent se réduisent et que les impé­ra­tifs de la vie quo­ti­dienne, eux, conti­nuent. Et tous ne peuvent pas comp­ter sur leurs familles pour les aider lorsque le fri­go peine à se rem­plir. Selon une étude de l’Observatoire natio­nal de la vie étu­diante (OVE), durant une année uni­ver­si­taire « clas­sique », un peu moins de la moi­tié des étu­diants (46%) exercent une acti­vi­té rému­né­rée, mais la crise sani­taire a for­te­ment modi­fié la donne : durant le confi­ne­ment, 58% des étu­diants qui exer­çaient une acti­vi­té ont arrê­té, réduit ou chan­gé leur acti­vi­té rému­né­rée. Cet arrêt contraint a eu des consé­quences sur la situa­tion éco­no­mique et finan­cière des étu­diants concer­nés : 44% d’entre eux déclarent avoir ren­con­tré des dif­fi­cul­tés finan­cières pen­dant le pre­mier confinement.

Début février, la ville de Saint-Étienne a pro­po­sé un plan d’actions de 18 mesures concrètes pour sou­te­nir psy­cho­lo­gi­que­ment, socia­le­ment et finan­ciè­re­ment les étu­diants sté­pha­nois. Au niveau de l’emploi, ont par exemple été actées la créa­tion de 200 jobs étu­diants au sein de la Ville et de la Métropole et le finan­ce­ment de 50 for­ma­tions au BAFA. Des mesures cen­sées per­mettre aux étu­diants de « tra­ver­ser, le plus serei­ne­ment pos­sible, cette ter­rible période » selon Gaël Perdriau qui a dénon­cé une « situa­tion étu­diante alar­mante » et pour laquelle il était  « indis­pen­sable de réagir ». 

Pour can­di­da­ter, il suf­fit pour les étu­diants majeurs de rem­plir un for­mu­laire en ligne avant le 15 mai et de contac­ter l’Espace Info Jeunes situé à la Comète, 7 rue Émile Loubet. 

Alors, étu­diantes et étu­diants sté­pha­nois, à vos CV et lettres de moti­va­tion ! 

Julien Chatain

Les autres infos