Inquiétude sur l’avenir de Casino



3000 emplois seraient menacés selon des parlementaires. Dans un courrier, trois députés et quatre sénateurs demandent des engagements « fermes et rassurants » auprès du PDG de Casino. Cette lettre n’a pour le moment pas trouvé de réponse.

A Saint-Etienne, on est inquiet sur l’avenir du groupe Casino. Les sénateurs de la Loire expriment leur inquiétude car les emplois sont ici liés au territoire ligérien. Casino est un fleuron de la ville de Saint-Etienne. Mais ici ça ne va pas fort. 

Casino vient d’annoncer la cession de l’enseigne Leader Price au groupe allemand Aldi. Cela voudrait -il dire que tous les Leader Price vont fermer pour être remplacés par l’enseigne Aldi ? Les négociations sont en cours actuellement. « Leader Price est sur le point d’être cédé, précipitant un peu plus le démantèlement de l’ex-fleuron de la distribution ligérienne », avait réagi en septembre dernier les syndicats du groupe dont la CFDT.

« Les enseignes du Groupe, directement rattachées au siège social de Saint-Étienne, lesquelles semblent connaître les difficultés les plus importantes, deviendraient ainsi non stratégiques pour l’avenir de Casino à long terme  », s’inquiètent de leur côté les élus en référence aux « près de 3 000 emplois » directs en jeu, et indirects si le groupe devait connaître d’autres défaillances.

Les signataires du courrier à Casino sont les députés : Régis Juanico (Génération.S), Julien Borowczyk (LREM), les sénateurs Jean-Claude Tissot (PS), Cécile Cukierman (PC), Bernard Bonne (LR) et Bernard Fournier (LR).