L’apprentissage :  une voie d’avenir

La région Rhône-Alpes compte à peine 49 000 appren­tis, l’objectif est d’atteindre les 

55 000.

C’est ven­dre­di que la ministre du tra­vail, Muriel Pénicaud, a lan­cé la réforme de l’apprentissage. La région manque d’apprentis. 63 000 postes ne sont pas pourvus.

Avec la crise éco­no­mique, le nombre d’apprentis avait bais­sé dès 2012. Les entre­prises étaient réti­centes à prendre des élèves.  Aujourd’hui que la crois­sance redé­marre dou­ce­ment, les entre­prises veulent for­mer des jeunes mais n’y par­viennent pas toutes.

Il y a un déca­lage entre l’offre et la demande. La France manque cruel­le­ment d’apprentis.

De plus, cette voie n’a tou­jours pas une bonne image, on parle tou­jours de la fameuse « voie de garage ». Pourtant c’est une orien­ta­tion qui fonc­tionne. De nom­breux postes sont à pour­voir et une fois que la for­ma­tion est finie, les entre­prises n’hésitent pas à embau­cher les élèves. Même le salaire est confortable.

La région Rhône-Alpes s’est don­né 5 ans pour chan­ger les men­ta­li­tés. Les CFA devraient être plus accueillants, les par­cours seront indi­vi­dua­li­sés et les élèves de 4eme auront la pos­si­bi­li­té de faire un stage en entre­prise dès la 4eme.

Une bourse au mérite va être accor­dée aux appren­tis qui auront plus de 16/20 à leurs examens.

Les autres infos