Le Fil à Saint-Etienne : pas de concerts avant mi-juillet

Le fil ne peut plus organ­is­er de con­certs jusqu’à mi-juil­let. Au-delà des con­certs, ce sont aus­si tous les pro­jets péd­a­gogiques, les actions cul­turelles, les créa­tions, les rési­dences d’artistes, les dis­posi­tifs d’accompagnement, qui sont impactés à Saint-Etienne.

C’est Baratin, un con­cours d’éloquence amor­cé en jan­vi­er 2020 auquel par­ticipent Marie-Jeanne, Ahmed, Thérèse, Yas­sire, etc. Des mem­bres du cen­tre social La Riv­ière, de Sor­biers, de La MJC des Tilleuls, du Lycée Claude Lebois…

A lire aus­si : Saint-Eti­enne : toutes les infos pour la ren­trée scolaire 

De nom­breux activ­ités au point mort


C’est Ça scratche ?, la créa­tion d’un orchestre de platines asso­cié à une per­for­mance de Vijing, avec plus de 100 élèves des écoles pri­maires de Saint-Étienne.


Ce sont les grandes oreilles, dis­posi­tif de créa­tion autour des musiques urbaines à des­ti­na­tion des col­lèges et lycées.


Ce sont les soirées Pro­filés, Inflitrés des dis­posi­tifs d’accompagnement des­tinés au groupes locaux.


C’est Musi­cho­ra, La fab­rique des sons, etc.

La direc­tion du Fil explique : Ini­ti­er, édu­quer, expéri­menter, trans­met­tre, pra­ti­quer, accom­pa­g­n­er, ren­con­tr­er, échang­er, créer du lien, sur­pren­dre, sus­citer, enchanter, don­ner plaisir à tous. Toutes ces mis­sions, ces pro­jets, con­duits sur plusieurs mois (à l’arrêt depuis le 17 mars) ne font pas l’objet de grands rassem­ble­ments mais cherchent à ouvrir le lieu à tous les publics et à toutes les formes de musiques actuelles.Nous voulions met­tre en lumière ces actions, les artistes asso­ciés, les struc­tures, les élèves, les usagers par­tic­i­pants qui sont au cœur de notre projet.

A lire aus­si : Une opéra­tion pour sauver un bar gay à Saint- Etienne 

Mi-juil­let et après ?

Le Fil est à l’image du secteur cul­turel : dans l’incertitude, sous ten­sion et en attente de plus de vis­i­bil­ité quant aux con­di­tions de reprise de ses activ­ités. ” Sachez que nous sommes plus que jamais impa­tients de vous retrou­ver explique l’équipe de Fil.

A lire aus­si : La fête du livre de Saint-Eti­enne à la maison

Les autres infos