Ramadan 2020 : Vos témoignages pendant le confinement

Cette année, le Ramadan est vécue de manière très spé­ciale pour tous ceux qui le respectent : le Coro­n­avirus et le con­fine­ment ren­dent impos­si­ble les activ­ités et les célébra­tions habituelles qui accom­pa­g­nent ce mois de jeûne et de prières. Décou­vrez les témoignages de ceux qui vont faire le Ramadan du 23 avril au 23 mai 2020.

Le Ramadan, qui dure du 23 avril au 23 mai 2020, sera bien dif­férent cette année pour tous ceux qui le respectent. Ce mois très impor­tant pour les musul­mans est terni par le con­fine­ment et les inter­dic­tions de se rassem­bler, sous peine de se faire con­t­a­min­er par le Covid-19. Plusieurs musul­mans de France nous ont racon­té com­ment ils se pré­par­ent pour ce Ramadan con­finé.

C’est une sit­u­a­tion inédite et dif­fi­cile que cer­tains musul­mans se pré­par­ent à affron­ter. Pour Ami­na, maman de deux jeunes enfants, la Ramadan va con­naître de petits amé­nage­ments cette année. « On mangera plus tôt que l’an passé, à 21h. Ce qui me fait peur, c’est d’être enfer­mée et de ne pas pou­voir boire ni manger : ça ressem­ble à un film d’hor­reur ! »

A lire aus­si : Saint-Eti­enne : toutes les infos pour la ren­trée sco­laire 

La jeune maman s’at­tend égale­ment à ce que la pres­sion de la ges­tion des enfants s’a­joute à celle de ce mois religieux. En effet, s’oc­cu­per des enfants et de leurs cours, con­tin­uer ses pro­pres études et gér­er la fatigue du jeûne ne facili­tent pas le quo­ti­di­en. Jusqu’à présent, Ami­na avait prit l’habi­tude de faire des gâteaux, qui fai­saient autant plaisir à ses petits qu’à elle. Elle doit désor­mais atten­dre le soir pour prof­iter de ces douceurs et de leurs bien­faits sur son moral.

Anas se pré­parait déjà à vivre un Ramadan dif­férent des autres. « C’est une sit­u­a­tion inédite mais de mon côté, j’avais déjà prévu des change­ments. C’est la pre­mière fois que je fais le Ramadan seul, sans ma famille. Con­fine­ment ou pas, je n’au­rais pas pu les retrou­ver pour le faire avec eux cette année », explique t‑il.

A lire aus­si : À quand la réou­ver­ture des bars, restau­rants et boîtes de nuit

Selon Anas, le Ramadan, c’est avant tout un moment de partage, de bien­veil­lance et de générosité. « D’habi­tude, on se retrou­ve pour rompre le jeûne ensem­ble, en famille. On partage la nour­ri­t­ure et des moments forts. Cette année, c’est ce qui me man­quera le plus ». La fer­me­ture oblig­a­toire de la mosquée com­plique égale­ment les prières, qui ryth­ment les journées de ce mois religieux.

Pour Bouchra égale­ment, le Ramadan est syn­onyme d’entraide et de partage : « plus encore que d’habi­tude, les prières sont impor­tantes. On remer­cie le Bon Dieu pour sa mis­éri­corde. Le jeûne, ça nous per­met de nous met­tre à la place de ceux qui n’ont pas à manger tout au long de l’an­née. Pen­dant le Ramadan, on se mon­tre recon­nais­sant de ce que l’on a et on fait l’aumône à ceux qui en ont besoin ».

Habituelle­ment, la mosquée où se rend Bouchra s’or­gan­ise pour aider les plus pau­vres : tout le monde peut apporter un plat à partager avec ceux qui n’ont pas de quoi manger. Cette année, les lieux de culte étant tous fer­més, Bouchra ne sait pas sous quelle forme cette entraide va voir le jour. De son côté, elle a prévu d’ap­porter des tartes à ses voisines et amies, « pour les remerci­er de leur gen­til­lesse et des ser­vices qu’elles m’ont ren­dus ».

Bouchra et sa famille respecteront le jeûne et les prières comme ils le font habituelle­ment, mais sans sor­tir de chez eux. Ils espèrent en revanche que la lev­ée du con­fine­ment le 11 mai leur per­me­t­tra de fêter la fin du Ramadan avec leurs proches et les autres mem­bres de la mosquée. 

Les autori­sa­tions de rassem­ble­ment sem­blent incer­taines, même après le décon­fine­ment. « On ne sait pas si on pour­ra rejoin­dre notre famille au Maroc ou si on pour­ra fêter la fin du Ramadan en groupe après le 11 mai. Ce sont des moments forts, impor­tants, mais les infor­ma­tions n’ar­rivent qu’au fil de l’eau. Cette année, le Ramadan nous per­me­t­tra surtout de nous recen­tr­er sur nous-même, pour trou­ver des moyens de s’amélior­er et de se rap­procher de Dieu », con­clut Bouchra.

Pour effectuer le Ramadan en toute sécu­rité, véri­fiez les con­seils et les recom­man­da­tions de l’Or­gan­i­sa­tion Mon­di­ale de la San­té. Retrou­vez égale­ment le cal­en­dri­er des prières de votre ville. Sor­ti­ra­paris souhaite un très bon Ramadan à tous les musul­mans Stéphanois et Ligériens !

Les autres infos