qui pour rem­pla­cer Rémy Cabella face à l’OM ?

L’absence de Cabella est pro­blé­ma­tique pour l’ASSE.

Gasset a fait de l’ancien Montpelliérain le dépo­si­taire du jeu de l’équipe, et le petit n°10 venait de livrer une très bonne deuxième mi-temps à Amiens. En son absence, il y a fort à parier que Gasset modi­fie son dis­po­si­tif tac­tique face à l’OM. La mai­trise tech­nique des Marseillais devrait l’inciter à opter pour un 4–3‑3, en ajou­tant Pajot ou Diousse à la récu­pé­ra­tion, aux côtés de M’Vila et Selnaes.

L’équipe ayant des repères main­te­nant en 4–2‑3–1, je pré­fé­re­rais que Gasset per­sé­vère dans ce sys­tème, même contre l’OM. Même pas peur ! Et pour tenir le rôle de Cabella, Tannane étant à court de forme, comme Hamouma, je ne vois que deux joueurs : Bamba et Hernani. L’international Espoirs est en forme, et il est capable d’apporter de la vitesse au jeu, sur­tout qu’il « lâche » plus son bal­lon depuis que Gasset est sur le banc, et le Brésilien a pour lui sa qua­li­té sur coups de pied arrê­tés, ce qui peut tou­jours déblo­quer des situations.

UN CHANGEMENT DE SYSTEME … ET HERNANI

En l’absence de Rémy Cabella, le 4–2‑3–1 mis en place par Jean-Louis Gasset ne peut pas per­du­rer. Le joueur prê­té par l’OM est en effet le seul dans l’effectif à pou­voir évo­luer der­rière l’attaquant effi­ca­ce­ment. Bien sûr, on peut par­ler des solu­tions visant à pla­cer dans ce registre Romain Hamouma ou Jonathan Bamba mais ce serait pri­ver deux joueurs de leurs repères.

Il y aurait davan­tage un retour au 4–3‑3 avec un milieu den­si­fié et deux relayeurs des­ti­nés à assu­rer la pro­jec­tion vers l’avant (et donc le tra­vail de créa­tion fait par Cabella). Dans ce sys­tème, qui compte par­mi les fon­da­men­taux de l’ère Galtier, on met­tra Ole Selnaes, en bonne forme actuel­le­ment, dans un rôle de sen­ti­nelle avec devant lui deux joueurs à la qua­li­té de passe cer­taine : Yann M’Vila évi­dem­ment (la ques­tion ne se pose même pas!) mais plu­tôt que de mettre des labo­rieux comme Vincent Pajot ou Assane Diousse, il faut opter pour la tech­nique et la frappe de balle d’un Hernani. Certes, le Brésilien n’a pas la cote auprès de coach Gasset mais, au plus fort des dif­fi­cul­tés de la fin d’automne des Verts, c’est de lui qu’était venu une petite étin­celle. Hernani, qui n’était pas du dépla­ce­ment à Amiens et qui avait man­qué son penal­ty à Troyes, mérite une seconde chance.

 

 


Les autres infos