Un son­dage ren­seigne sur le rap­port entre les Français et l’alcool

Selon un son­dage Ifop / Vin & Société*, 76% des Français estiment que leur consom­ma­tion d’alcool à domi­cile est res­tée stable durant les deux confi­ne­ments. 16% d’entre eux affirment l’avoir dimi­nuée. Le son­dage Ifop – Vin & Société visant à mesu­rer l’impact du confi­ne­ment sur la consom­ma­tion de vin des Français réa­li­sé en novembre 2020, fait appa­raître que les trois quarts des per­sonnes inter­ro­gées (75% lors du pre­mier, 77% lors du deuxième confi­ne­ment) n’ont pas modi­fié leur consom­ma­tion d’alcool à domi­cile durant les deux confi­ne­ments par rap­port à d’habitude. Lors du deuxième confi­ne­ment, 16% d’entre elles l’ont même dimi­nuée, 7% recon­naissent avoir bu davan­tage. 

 

Il est éga­le­ment à noter qu’un quart des Français (26%) a été abs­ti­nent à l’alcool durant les confi­ne­ments. Cela repré­sente 10% d’abstinents de plus qu’en « temps nor­mal ».1 Quant aux 74% de Français décla­rant avoir consom­mé de l’alcool, 45% en ont consom­mé au moins une fois par semaine et près d’un tiers (29%) seule­ment une fois par mois. Les résul­tats du son­dage concernent la consom­ma­tion d’alcool à domi­cile, le mar­ché des Cafés, Hôtels et Restaurants (CHR) ain­si que les acti­vi­tés liées à l’oenotourisme étant à l’arrêt pen­dant les confi­ne­ments. Ces chiffres sont confor­tés par la baisse des ventes de vin enre­gis­trée depuis le début de l’é­pi­dé­mie de Covid-19, de l’ordre de 40 à 50 % sur l’en­semble des cir­cuits. 

 

Bien que confi­nés, les Français sont donc res­tés raisonnables

 

A la lec­ture de ces chiffres, et mal­gré une situa­tion sani­taire pré­oc­cu­pante en rai­son de la 2ème vague de la Covid-19, force est de consta­ter que nos conci­toyens entre­tiennent une rela­tion mature vis-à-vis de l’alcool. Contrairement aux idées reçues, les Français font rimer « confi­né » avec « modé­ré ». Bien que confi­nés, les Français sont donc res­tés rai­son­nables sans pour autant se pri­ver de tout plai­sir. L’apéritif et les bons repas sont res­pec­ti­ve­ment cités par 54% et 48% d’entre eux lorsqu’on les inter­roge sur leurs moments pré­fé­rés pour consom­mer de l’alcool. Pour accom­pa­gner de bons repas, le vin est plé­bis­ci­té par 62% des Français. Cela explique en par­tie pour­quoi le vin a été consom­mé en prio­ri­té (72%), devant la bière (51%) ou les spi­ri­tueux (27%). Face à une situa­tion sani­taire anxio­gène, les Français se sont recen­trés sur des moments de vie par­ta­gés à table. 

Autre ensei­gne­ment, les moins de 35 ans ont plus lar­ge­ment mis leur consom­ma­tion d’alcool sur pause que leurs aînés (35% n’ont pas bu durant le 1er confi­ne­ment contre 22% des plus de 35 ans). Ils sont en 2017, 13,4% des per­sonnes âgées de 18 à 75 ans décla­raient être abs­ti­nents à l’alcool.

 

Pour 4 Français sur 10, le confi­ne­ment a été appré­hen­dé comme une occa­sion de réflé­chir à leur consom­ma­tion d’alcool

Ils sont éga­le­ment plus nom­breux à esti­mer avoir réduit leur consom­ma­tion au cours du deuxième confi­ne­ment (24% contre 13% des plus de 35 ans). 

Enfin, pour 4 Français sur 10, le confi­ne­ment a été appré­hen­dé comme une occa­sion de réflé­chir à leur consom­ma­tion d’alcool. 66% des enquê­tés ont affir­mé sou­hai­ter conser­ver la consom­ma­tion plus rai­son­nable d’alcool qu’ils avaient durant le confi­ne­ment à l’issue de celui-ci et un même pour­cen­tage d’entre eux a indi­qué que la reprise d’une vie sociale nor­male n’aurait pas pour consé­quence une hausse de leur consom­ma­tion d’alcool. 

 

 

 

*Etude IFOP/Vin & Société menée auprès d’un échan­tillon de 1507 per­sonnes, repré­sen­ta­tif de la popu­la­tion fran­çaise âgée de 18 ans et plus. Les inter­views ont été réa­li­sées par ques­tion­naire auto-admi­nis­tré en ligne du 24 au 27 novembre 2020. Méthode des quo­tas. 

Les autres infos