13 coups de couteau pour une histoire de stationnement

Mous­sa Laidouni, 22 ans, pour­rait pass­er 30 ans en prison.

Il a don­né 13 coups de couteau qui ont coûté la vie à Mohammed Mez­ian, 26 ans, à la Rica­marie le 16 juil­let 2015. Des coups portés au vis­age et dans le dos. Un coup a été mor­tel, celui porté à l’aorte abdom­i­nale.

L’accusé est clair dans « je recon­nais tout-à-fait les faits ». Un accusé incon­nu des ser­vices de police. Il dira lui-même qu’il n’était jamais entré dans un com­mis­sari­at.

L’histoire a débuté avec son frère qui a eu des mots avec la vic­time au Cham­bon-Feugerolles puis ensuite au cœur de la Rica­marie où ils s’empoignent. C’est à ce moment-là que Mous­sa Laidouni inter­vient. « Il voulait absol­u­ment qu’il lâche son frère » explique le Prési­dent de la cour Eric Chabols. « Ce n’est pas une réac­tion pro­por­tion­née ». Le frère de 39 ans n’a pas pu se présen­ter devant la cour ce lun­di, vic­time d’un malaise. Il souf­frirait d’agoraphobie. Il est pour­tant le témoin numéro 1 dans cette affaire. Il devrait être présent ce mar­di pour s’exprimer. L’accusé, lui, n’apparaît pas comme vio­lent. D’après les experts, Mous­sa Laidouni aurait une per­son­nal­ité tout-à-fait nor­male. Arrivé d’Algérie en France à l’âge de 7 ans avec ses 3 frères et leur maman, il aurait pu faire des études intéres­santes, il en avait d’ailleurs la capac­ité dit-on, mais il arrête les cours dès le lycée. Il le dit lui-même « De 17 à 20 ans, je ne fai­sais rien du tout, un peu de foot et des jeux vidéos  ».

Com­ment un jeune homme sans his­toire a‑t-il pu don­ner 13 coups de couteau et tuer pour une his­toire de sta­tion­nement ? Les 3 jours de procès devraient peut-être  expli­quer cer­taines zones d’ombre.

Les autres infos