Acte 50 : Saint-Etienne en jaune, les gilets sont tou­jours là



Après une pause, les Gilets Jaunes sont de retour par­tout en France et aus­si dans la Loire. Les rues de Saint-Etienne étaient ani­mées hier. 500 mani­fes­tants assez calmes, d’après nos consta­ta­tions à Centre Deux. La police avait pré­vu les moyens : une dizaine de camion­nettes avec des équipes équipées !

Malgré quelques tirs de gaz lacry­mo­gènes, la mani­fes­ta­tion s’est dérou­lée sans gros accrocs.

Ils étaient très nom­breux dans les rues de Saint-Etienne avec, éga­le­ment, des délé­ga­tions du Puy-de-Dôme, de la Haute-Loire et de la région Lyonnaise. Dans le mou­ve­ment, on entend des chants anti Macron et contre le minis­tère de l’intérieur. Ici dans les cor­tèges, pas mal d’anarchistes aus­si. Cette mani­fes­ta­tion n’avait pas été décla­rée en pré­fec­ture mais les forces de l’ordre avaient col­lec­té de nom­breuse infor­ma­tions pour cadrer l’organisation.

« On est là comme en famille, ici, on ne veut pas de vio­lence. A Saint-Etienne, on a le sourire »

Une mani­fes­ta­tion cadrée, pas de grosses dif­fi­cul­tés de sécu­ri­té en ville. Sur la RN 88, la police a mis fin au blo­cage très rapi­de­ment. « Il est impen­sable d’avoir un blo­cage ici sur­tout un week-end, ça cir­cule beau­coup et on ne veut pas voir de débor­de­ment » signale un agent sous ano­ny­mat. Ici quelques tirs de lacry­mo­gènes sont par­tis. Une mani­fes­tante est en colère mais garde son calme avec nous : « On est là comme en famille, ici on ne veut pas de vio­lence, à Saint-Etienne, on a le sourire ». 

Le cor­tège est pas­sé par La Rivière, Bellevue. Certains com­mer­çants avaient bais­sé le rideau par sécu­ri­té et par sou­ve­nir de cer­tains­sa­me­dis noirs. Pourtant, ce same­di 26 octobre 2019, la ten­sion est moins impor­tante. Sur 500 per­sonnes, seul six ont été inter­pel­lées par les ser­vices de la préfecture.



Les autres infos