La chronique de Martial : ce que personne n’ose dire tout haut

On pense à votre place. Faites comme ci, faites comme ça. Portez un masque. N’en portez pas. En fait, si portez-en. Les forces de l’ordre interpellent des femmes qui font du topless sur la plage mais font marche arrière quand elles se font caillasser dans les cités.

Ne regardez surtout pas les films de Polanski qui a violé une femme, mais donnez un César à Ladj Ly qui a été condamné à de la prison pour enlèvement et séquestration. Censurez des seins sur les réseaux sociaux mais laissez les enfants jouer à des jeux vidéos violents toute la journée.

Allez en prison pour avoir détourné de l’argent mais n’oubliez pas de voter pour des politiciens corrompus qui eux n’y mettront jamais les pieds. Dépensez des fortunes dans des grilles avec des pics au sol pour que les sans-abris ne squattent pas plutôt que de trouver des solutions pour les aider à ne plus avoir à squatter.

Laissez la grande distribution jeter des tonnes de nourriture encore comestibles plutôt que de les distribuer à ceux qui crèvent de faim. Militez pour la cause des femmes et l’égalité des sexes, mais engagez des hôtesses pour faire les potiches dans des salons de voitures. Allez faire vos courses et ne payez pas le parking de l’hypermarché, c’est gratuit !

Allez en urgence à l’hôpital et garez-vous au parking, c’est payant ! Payez une redevance télévisuelle même si vous n’avez pas la télévision. Vous gagniez un SMIC plus des primes et vous avez perdu votre emploi ? Vous payerez des impôts sur ces primes, mais ces mêmes primes ne compteront pas pour vos allocations chômage. Commettez un crime et faites-vous passer pour fou, vous n’irez pas en prison. Vous voulez passer aux voitures électriques et supprimer les centrales nucléaires……. Comment est-ce possible ?

Mangez cinq fruits et légumes par jour pour être en bonne santé, mais devenez diabétique et cancéreux en ingurgitant des aliments transformés. Faites venir les migrants chez nous après avoir surexploité les ressources de leurs pays. Quoiqu’on fasse on traîne un boulet à nos pieds. La liberté est illusoire. Et pendant qu’on pense à notre place, nous on panse nos plaies.

Martial Mossmann

Les autres infos
Les autres infos