Les salles de sport : coupable innocente de la lutte contre la Covid-19 ?

Le couperet est tombé : les salles de sport doivent fermer dans les zones d’alerte renforcée. Mais cette fois, elles ne comptent pas se laisser faire. Cette mesure concerne environ 4 500 clubs dont ceux de Saint-Etienne. 

Les salles de sport : responsables de la seconde vague ? 

Personne ne l’avait vu venir : les salles de sport ferment pour 15 jours. Aucune concertation. Et la décision est difficile à entendre et à accepter. D’où la colère de certaines enseignes. 

🔸 La fermeture de certains établissements dans les zones d'alerte maximale et renforcée, dont les salles de sport, a été…

Publiée par Basic-Fit sur Vendredi 25 septembre 2020

[ Mobilisez-vous, avec nous ! 🤜🤛 ]Vous le savez, le gouvernement a évoqué hier la fermeture de plusieurs…

Publiée par Fitness Park sur Jeudi 24 septembre 2020

 

En revanche, d’autres sont résignés : https://www.facebook.com/LAppartFitnessOfficiel/posts/2720844084836446

Ou encore de certains youtubeurs fitness, qui sont propriétaires de salles, comme Nassim Sahili, qui explique la situation dans une vidéo publiée jeudi : https://www.youtube.com/watch?v=e8N7RWdyW34

Leur argument : pas ou peu de contamination

Le délégué général de l’Union Sport & Cycle évoque 207 cas recensés sur 27 millions de passages depuis le 1er août sur RTL ce vendredi matin. Pour Fitness Park, seulement 63 cas sur 7 millions de passages en 3 mois et aucun cluster de détecté.

Le PDG de la même chaîne évoque l’importance du sport pour renforcer son immunité. Tout comme Basic-fit. Parlons aussi de l’obésité, cas de comorbidité de la Covid-19. Nous n’irons pas jusqu’à dire que chaque adhérent deviendra obèse après 15 jours de fermeture, mais le message n’est pas le bon.

Un enjeu de l’économie française

Les salles de sport représentent 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires en France. 5000 pas de porte risquent la faillite avant la fin de l’année. Avec des risques sociaux très importants. Le secteur emploie 50 000 personnes.

Comme le dit Nassim Sahili, les adhérents vont se remettre de la fermeture de leur salle, maintenant, ceux qui en vivent, le pourront-ils ?

Mais qu’ont fait les salles de sport pour mériter ça ? Peut-être une mauvaise réputation , forcément du côté de l’hygiène et de l’ambiance « beauf » qui s’en dégage encore, même si elles ont bien évolué depuis l’essor du fitness ces quelques années. D’autant que les fermer dans le cadre des mesures Covid-19 risquent encore de réaffirmer l’incapacité des salles de sport à respecter les règles d’hygiène et contribuer à leur faire de la mauvaise pub.

Peut-être que le protocole n’a pas toujours été appliqué correctement et strictement ? Mais il en est de même dans n’importe quel lieu… ont-ils droit au même traitement ?

En outre, la concurrence qui fait rage entre les chaînes de salle de sport rend difficile une communication à une seule voix, dans ce genre de cas, contrairement aux bars, dont le syndicat est hyper puissant. Leur situation est aussi très différente : si les grands groupes ont pu négocier avec leur bailleur, les petites salles de sport indépendantes n’ont pas la même force de frappe.

Chloé DUFOUR

 

Les autres infos
Les autres infos