Municipales : à Saint-Étienne, personne n’est d’accord

Ce week-end, dans le journal du dimanche, de nombreux Maires ont signé une tribune pour un deuxième tour en juin. En bas de la page, on retrouve Gaël Perdriau à Saint-Étienne, Anne Hidalgo à Paris, Christian Estrosi à Nice ou encore Stéphan Le Foll pour Le Mans.

Si Gaël Perdriau pense qu’il est temps de passer à la deuxième phase, ce n’est pas le cas de son rival Pierrick Courbon (PS). On est dans l’après-confinement. Les magasins sont ouverts, la vie a repris, mais quid du deuxième tour des élections municipales. Pourquoi attendre pour voter alors que le premier tour s’est déroulé dans la cacophonie la plus totale avec des règles qui n’étaient pas toujours respectées. Certains bureaux à Saint-Étienne n’avaient pas de gel hydroalcoolique.

Pour Gaël Perdriau « Ne transformons pas le confinement sanitaire en un confinement démocratique » annonce-t-il dans le JDD. Dans cette tribune, les élus s’expliquent : « Il est donc impératif de clore cette séquence électorale dès que possible, avant la période estivale. On ne peut pas demander aux Maires de rouvrir les écoles pour l’éducation et de les fermer pour les élections. La relance économique de notre pays ne pourra se faire que si les grandes villes et les intercommunalités ont la capacité de lancer des investissements publics indispensables ».

Le Maire de Saint-Étienne, Gaël Perdriau, est arrivé avec 46,88% en tête du premier tour. L’homme politique souhaite évidemment accélérer les choses. D’abord, car tous les indicateurs sont en sa faveur, ensuite, parce qu’il faut que la ville développe des projets, vote son budget et vive tel un cœur battant qui est sous perfusion actuellement.

Pour Pierrick Courbon, la donne n’est pas la même. Arrivé au premier tour des élections avec 21,66%, l’homme politique qui a été rejoint par l’écologiste Olivier Longeon n’est pas de l’avis du Maire de Saint-Étienne. « Je suis étonné d’un tel revirement, car, il y a quelques jours, Gaël Perdriau plaidait pour une rentrée des classes en septembre au nom de la sécurité sanitaire » explique de candidat socialiste. Dans les lignes du journal Le Progrès, on peut lire : « Là, il souhaite que nous votions en juin, je trouve cela paradoxal et non cohérent ».

Pour Pierrick Courbon, la question de voter en juin n’est pas du tout judicieuse. « Comme tous les Français, les Stéphanois sont profondément marqués par deux mois de confinement et ils sont préoccupés par l’organisation de leur vie quotidienne et professionnelle. Ils sont très loin des élections, d’autant plus que le premier tour a laissé un goût amer chez beaucoup » explique-t-il à nos confrères.

Dans le journal local, Le Progrès, Sophie, Robert (RN) comprend le choix de Gaël Perdriau. Elle s’exprime dans les colonnes du Progrès : « C’est normal que Monsieur Perdriau soit favorable à un deuxième tour en juin. C’est tout à son avantage. Je pense qu’il serait scandaleux de voter en juin, car ce n’est pas une élection juste avec une très forte abstention. Du coup, nous n’avons pas atteint la barre des 10%. C’est rageant. »

Nous saurons bientôt si le deuxième tour des élections municipales se tient bien en juin. Le gouvernement a promis une réponse dans les prochaines semaines, voire dans les prochains jours.

A lire aussi : Disparition d’un tiers des magasins stéphanois ?

A écoutez aussi : PODCAST AUDIO : la bonne idée des masques made in Sainté