Municipales : à Saint-Étienne, personne n’est d’accord

Ce week-end, dans le jour­nal du dimanche, de nom­breux Maires ont signé une tri­bune pour un deux­ième tour en juin. En bas de la page, on retrou­ve Gaël Per­dri­au à Saint-Éti­enne, Anne Hidal­go à Paris, Chris­t­ian Estrosi à Nice ou encore Stéphan Le Foll pour Le Mans.

Si Gaël Per­dri­au pense qu’il est temps de pass­er à la deux­ième phase, ce n’est pas le cas de son rival Pier­rick Cour­bon (PS). On est dans l’après-confinement. Les mag­a­sins sont ouverts, la vie a repris, mais quid du deux­ième tour des élec­tions munic­i­pales. Pourquoi atten­dre pour vot­er alors que le pre­mier tour s’est déroulé dans la cacoph­o­nie la plus totale avec des règles qui n’étaient pas tou­jours respec­tées. Cer­tains bureaux à Saint-Éti­enne n’avaient pas de gel hydroal­coolique.

Pour Gaël Per­dri­au « Ne trans­for­mons pas le con­fine­ment san­i­taire en un con­fine­ment démoc­ra­tique » annonce-t-il dans le JDD. Dans cette tri­bune, les élus s’expliquent : « Il est donc impératif de clore cette séquence élec­torale dès que pos­si­ble, avant la péri­ode esti­vale. On ne peut pas deman­der aux Maires de rou­vrir les écoles pour l’éducation et de les fer­mer pour les élec­tions. La relance économique de notre pays ne pour­ra se faire que si les grandes villes et les inter­com­mu­nal­ités ont la capac­ité de lancer des investisse­ments publics indis­pens­ables ».

Le Maire de Saint-Éti­enne, Gaël Per­dri­au, est arrivé avec 46,88% en tête du pre­mier tour. L’homme poli­tique souhaite évidem­ment accélér­er les choses. D’abord, car tous les indi­ca­teurs sont en sa faveur, ensuite, parce qu’il faut que la ville développe des pro­jets, vote son bud­get et vive tel un cœur bat­tant qui est sous per­fu­sion actuelle­ment.

Pour Pier­rick Cour­bon, la donne n’est pas la même. Arrivé au pre­mier tour des élec­tions avec 21,66%, l’homme poli­tique qui a été rejoint par l’écologiste Olivi­er Lon­geon n’est pas de l’avis du Maire de Saint-Éti­enne. « Je suis éton­né d’un tel revire­ment, car, il y a quelques jours, Gaël Per­dri­au plaidait pour une ren­trée des class­es en sep­tem­bre au nom de la sécu­rité san­i­taire » explique de can­di­dat social­iste. Dans les lignes du jour­nal Le Pro­grès, on peut lire : « Là, il souhaite que nous votions en juin, je trou­ve cela para­dox­al et non cohérent ».

Pour Pier­rick Cour­bon, la ques­tion de vot­er en juin n’est pas du tout judi­cieuse. « Comme tous les Français, les Stéphanois sont pro­fondé­ment mar­qués par deux mois de con­fine­ment et ils sont préoc­cupés par l’organisation de leur vie quo­ti­di­enne et pro­fes­sion­nelle. Ils sont très loin des élec­tions, d’autant plus que le pre­mier tour a lais­sé un goût amer chez beau­coup » explique-t-il à nos con­frères.

Dans le jour­nal local, Le Pro­grès, Sophie, Robert (RN) com­prend le choix de Gaël Per­dri­au. Elle s’exprime dans les colonnes du Pro­grès : « C’est nor­mal que Mon­sieur Per­dri­au soit favor­able à un deux­ième tour en juin. C’est tout à son avan­tage. Je pense qu’il serait scan­daleux de vot­er en juin, car ce n’est pas une élec­tion juste avec une très forte absten­tion. Du coup, nous n’avons pas atteint la barre des 10%. C’est rageant. »

Nous saurons bien­tôt si le deux­ième tour des élec­tions munic­i­pales se tient bien en juin. Le gou­verne­ment a promis une réponse dans les prochaines semaines, voire dans les prochains jours.

A lire aus­si : Dis­pari­tion d’un tiers des mag­a­sins stéphanois ?

A écoutez aus­si : PODCAST AUDIO : la bonne idée des masques made in Sain­té 

Les autres infos