Casino conti­nue sa réduc­tion drastique

Le groupe Casino conti­nue sa réor­ga­ni­sa­tion. Après avoir cédé 5% de son capi­tal au groupe immo­bi­lier Mercialys, l’enseigne se trans­forme. Toutes les enseignes du groupe de Jean-Charles Naouri ont été à la peine sur la sai­son esti­vale. De la proxi­mi­té (-0,1 point pour Monoprix et Franprix) aux hyper­mar­chés (-0,3 point pour Géant) en pas­sant par le dis­count (-0,9 point pour Leader Price), Casino enre­gistre une des  pires périodes de son his­toire récente avec un recul glo­bal de 1,6 point de parts de mar­ché qui s’ex­plique notam­ment par une réduc­tion dras­tique de son parc de maga­sins. Il n’empêche, avec 9,3% de parts de mar­ché, le groupe Casino s’en­fonce dans une crise de décrois­sance qu’il peine à enrayer.

La vente du Géant de Barbery-Saint-Sulpice

L’autorité de la concur­rence a inter­dit le rachat d’un Géant dans l’Aube à Barberey-Saint-Sulpice. Le groupe sou­hai­tait céder son maga­sin à un adhé­rent Leclerc. Une déci­sion qui ne pro­fite pas au groupe sté­pha­nois. Le groupe Casino avait déci­dé de ne ver­ser aucun divi­dende à ses action­naires pen­dant l’an­née 2020. Le siège du groupe est ins­tal­lé à Saint-Étienne Châteaucreux depuis 2007 et réa­li­sé par le cabi­net sté­pha­nois Cimaise.

Les autres infos